Quelques explications sur les fissures et lézardes

D’où viennent les fissures ?

Les fissures constituent la manifestation la plus courante des désordres qui affectent le bâtiment : murs extérieurs, intérieurs, façades, cloisons de distribution, plancher, revêtements, carrelage, dallage…

Selon les définitions que fournit la norme NF P 84-404, référence DTU 42.1, les fissures correspondent à des ouvertures linéaires au tracé plus ou moins régulier, dont la largeur est comprise entre 0,2 et 2mm. En dessous de 0,2mm, il s’agit de microfissures. Au delà de 2mm, il s’agit de lézardes. 

Quelques soit leur taille, seul un expert dans le bâtiment sera à même d’identifier l’origine des fissures qui peuvent être multiples et variées : nature même des matériaux de construction, retrait de dessication, mouvements de fondations, retrait-gonflement des sols, fluage sous charge, mouvement suite à un séisme, effet du vent…

La fissuration est un sujet complexe, les causes sont tellement nombreuses qu’il importe de bien diagnostiquer l’origine avant de réparer efficacement.

Pourquoi mesurer l’évolution d’une fissure ?

Avant toute prescription, il conviendra de se poser les questions fondamentales : la fissure est-elle morte ou vivante ? Evolue-t-elle ? Quand et de combien ?

Un phénomène ne peut être correctement analysé que si l’on peut l’exprimer en chiffre.

C’est pour répondre à cette question que nous proposons une gamme de produit spécifiquement conçus pour réaliser le suivi des fissures. Précis au 1/10ème de mm jusqu’au 1/50ème, fiables et simples à poser, ils permettent de mesurer précisément l’ouverture des fissures et leurs autres variations.

Grace à la mesure, il est possible de déterminer si la fissure est toujours vivante et donc d’agir en conséquence.

Quel instrument pour réaliser la mesure de l’évolution d’une fissure ?

A chaque type de fissure ou déformation correspond une jauge Saugnac pour réaliser la mesure. Les produits les plus classiques correspondent à ceux qui mesurent l’écartement d’une fissure sur 1 axe.

En cas de fissure ou déformation plus spécifique vous pouvez consulter notre guide d’aide au choix. Et nous restons à votre disposition pour répondre à vos questions.

Quelle durée d’observation faut-il prévoir ?

Il n’y a pas de règle unique car la réponse dépend du contexte et de la cause du désordre.

Dans tous les cas, il est judicieux de réaliser des mesures très régulièrement au démarrage et de les espacer au fur et à mesure si aucun mouvement n’est constaté. 

Dans le cas de fissures liées au mouvement de sols, en règle générale, il est recommandé de laisser les jauges en place pendant une durée d’une année de manière à vérifier si l’alternance des saisons a une incidence sur le mouvement des fissures.
De ce fait un minimum de 4 relevés dans l’année est à réaliser. Concernant le nombre de relevés si 4 est un minimum rien n’interdit évidemment d’en faire plus notamment si vous constatez des variantes importantes.

Pour les cas spécifiques et en cas de doutes, il convient de se rapprocher d’un expert dans le bâtiment qui pourra affiner et adapter les relevés en fonction du contexte. 

Comment savoir si la fissure est morte ou vivante ?

La définition d’une fissure morte (par conséquent qui n’est plus active) est une fissure dont l’ouverture ne varie plus dans le temps, quelles que soient les conditions de température ou de sollicitation de l’ouvrage.

Toujours dans le cas de mouvement de sols, la durée minimum pour considérer qu’une fissure est morte est d’une année. Et sans que cela soit une règle absolue il est d’usage de considérer qu’au delà de 3/10 à 5/10 de mm de mouvement la fissure n’est pas morte.

Pour l’interprétation des résultats de vos relevés nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher d’un expert qui pourra vous donner la raison des désordres, leur caractère actif ou non et s’il y a lieu, les solutions à mettre en œuvre.